Vivescia

Éradiquer les transferts inutiles

Si des difficultés rendent le transport ferroviaire des céréales plus délicat pour les organismes stockeurs, leur volonté est toutefois de préserver ce mode d’expédition durable.

Malgré leur éloignement des ports d’exportation, les organismes stockeurs champardennais maintiennent des coûts logistiques tout à fait corrects. Le tissu industriel régional, la possibilité d’utiliser la route, le fer et les voies navigables ainsi que la recherche de solutions pour éviter les transports superflus y contribuent.