traçabilité

Séparation vente/conseil : « un impératif digital »

« Le vendeur devra avoir une lecture éclairée de la décision prise par l’agriculteur », stipule Didier Robert. Ainsi, le consentement de l’agriculteur permettra de partager les informations entre les différents acteurs. Photos : Smag

La séparation de la vente et du conseil des phyto amène un besoin de traçabilité pour les acteurs aussi bien pour le conseil stratégique, le conseil spécifique et la vente des phyto. C’est pourquoi Smag adapte ses outils afin de répondre aux enjeux.

Terrena témoigne à EsaFoodTech

Depuis 2011, Terrena développe des moyens afin d’optimiser la traçabilité de ses produits et, ainsi, de mieux les valoriser. CP : M-D.Guihard/Pixel6TM.

Le groupe coopératif Terrena développe le numérique depuis huit ans pour optimiser la traçabilité de ses produits afin de mieux les valoriser. Un travail titanesque qui débouche aujourd’hui sur l'arrivée des premières applications pour Smartphone à destination des consommateurs.  

La profession en ordre de marche

Cette traçabilité des phytos va engendrer des bouleversements industriels importants. Photo : I. Aubert/Pixel image

Le marché phyto est déjà fortement impacté par la réglementation. La traçabilité est une contrainte supplémentaire pour la profession. Toutefois, les entreprises s’attellent à tout mettre en œuvre pour s’approcher au plus près du délai imposé.

Le délai du 1er janvier 2016 difficile à tenir

L'un des principaux freins de la traçabilité est l’impact organisationnel sur l’entreprise.

Les objectifs de SC Trace sont multiples: réduire l’obsolescence des stocks, limiter le réetiquetage, identifier et limiter la contrefaçon, et répondre au délai réglementaire. Tous les acteurs présents hier à Paris sont d’accord: le délai du 1er janvier 2016 sur la traçabilité des produits phyto sera impossible à tenir.

Traçabilité accrue sur la logistique phyto

« Bientôt, l’agriculteur pourra flasher avec son smartphone un code 2D sur ses bidons de produits phyto, pour obtenir des informations sur les usages règlementaires par type de culture : dose hectare, ZNT, etc. Il pourra aussi indiquer pour chaque parcelle quel produit a été utilisé et à quelle dose.