TC

« Davantage de transparence avec aladin.farm »

« La signature électronique engage l’agriculteur », stipule Sébastien Rabaud, TC chez Cavac. Photo : Cavac

Pour Sébastien Rabaud, aladin.farm lui permet de gagner du temps, d’apporter davantage de transparence à l’agriculteur et d’être conforme à la réglementation. Mais il faudra quelques années avant que tous les adhérents prennent l’outil en main.

« 70 % des TC ont une fonction de management »

« L’objectif des challenges sportifs est de créer de la cohésion, mais également de faire la promotion du travail en bonne santé », précise Marie Brahem. Photo : Arterris

Arterris a mis en place plusieurs leviers afin de garder ses TC : élargir leur fonction au management, créer de la cohésion d’équipes avec du teambuilding et prendre des jeunes en alternance.

Les TC sont-ils présents sur les réseaux sociaux ?

Photo : Julien Eichinger/Adobe Stock

https://twitter.com/GuyotVincent02Les agriculteurs sont présents à près de 45 % sur Facebook et à 41 % sur WhatsApp. On peut donc faire le raccourci que les technico-commerciaux de la distribution agricole sont également présents sur ces mêmes réseaux afin de suivre les agriculteurs. Via les réseaux sociaux, les TC recherchent des informations sur les nouvelles techniques culturales et souhaitent communiquer positivement sur l’agriculture.

AgroTC, nouveau parcours de formation pour les TC

Six coopératives sont déjà engagées sur le parcours de formation AgroTC pour une dizaine de groupes.

Les premières sessions du parcours de formation AgroTC, élaboré par La Coopération Agricole Solutions +, débutera début septembre avec environ 150 technico-commerciaux. Six coopératives se sont engagées sur ce nouveau parcours qui se déroule pendant six mois en intra-entreprise.

Anticiper les besoins des agriculteurs

« La séparation de la vente et du conseil phyto responsabilise davantage l’agriculteur car il doit prendre aussi ses responsabilités sur la façon de mettre en œuvre l’intervention phyto », indique Philippe Ballanger. Photo : CK Mariot

Océalia a anticipé la séparation de la vente et du conseil phyto depuis six ans. Les 84 conseillers d’exploitation d’Océalia ont en charge la relation globale des agriculteurs, formalisée dans un contrat d’accompagnement. Les conseillers s’appuient sur le réseau d’observations de la coopérative afin d’apporter des solutions aux agriculteurs.

La pénurie de TC et de chefs de silo persiste

Selon l’observatoire paritaire de l’Agefos PME, 71 % des entreprises de négoce ayant l’intention de recruter des conseillers agronomiques préconisateurs ont des difficultés de recrutement. Photo : Innovated Captures-Fotolia

Les postes de technico et de chefs de silo sont parfois compliqués à pourvoir. Heureusement que la rotation de l’emploi est faible dans les coopératives et les négoces ! Ces difficultés de recrutement ne datent pas d’hier.

Miser sur un travail d’équipe

L’agroéquipement représente un domaine clé pour accompagner et faciliter la transition agroécologique qui gagne du terrain. Photo : N. Chemineau/Pixel image

Essor des pratiques agroécologiques, réductions d’intrants, agriculture de plus en plus précise… Le sujet de l’agroéquipement occupe un rôle croissant au sein des exploitations. Or le technico-commercial qui mobilise déjà un vaste panel de compétences, peut-il aussi prendre en charge ces questions ?

Les premiers clients à convaincre : les TC

Philippe Cazes conseille de revenir à des modes de rémunération différents avec des objectifs qualitatifs à intégrer. © : vege/Fotolia

L’enjeu lié au marketing est avant tout managérial. C’est inutile de faire du marketing en amont si l’agent en aval ne fait rien. Qui n’a pas entendu sur le terrain un TC dire « c’est le siège qui a conçu cette stratégie mais on est perplexe » ?

De la valeur ajoutée pour le TC

« Pour le chlortoluron en blé dur, il fallait connaître les recommandations des firmes afin de valider la sélectivité et la couverture technique », signale Gaël Vincent, chef des ventes grandes cultures chez Agridis. Photo : Agridis

En grandes cultures, le nouveau catalogue des usages phyto est un outil supplémentaire pour le technico. Celui-ci se doit de maîtriser les possibilités offertes. L’objectif est d’être davantage pertinent dans ses conseils délivrés à l’agriculteur.

Un turnover de 15 % chez les technico

Le turnover est un des indicateurs qui mesure la fidélisation des salariés. Chez les commerciaux, il est en moyenne de 15 % par an et varie de 5 à 25 %. « Certaines entreprises s’alarment à 5 % alors que d’autres s’inquiètent seulement à 20 %, explique Olivier Claux, gérant de MG Consultants.