Soufflet

Prime à la protéine : chacun sa stratégie

La campagne 2013 a servi de catalyseur et a convaincu certains collecteurs de mettre en place dès la moisson 2014 une rémunération de la qualité sur tout ou partie de la collecte.

La valeur de la protéine est pour l’instant virtuelle pour bien des producteurs. Mais les choses pourraient changer suite à la "pénurie protéique" de 2013 et la signature de l’accord interprofessionnel en décembre dernier. Sur le terrain, les stratégies des OS divergent pour un même objectif: remonter le taux de protéine.

Éradiquer les transferts inutiles

Si des difficultés rendent le transport ferroviaire des céréales plus délicat pour les organismes stockeurs, leur volonté est toutefois de préserver ce mode d’expédition durable.

Malgré leur éloignement des ports d’exportation, les organismes stockeurs champardennais maintiennent des coûts logistiques tout à fait corrects. Le tissu industriel régional, la possibilité d’utiliser la route, le fer et les voies navigables ainsi que la recherche de solutions pour éviter les transports superflus y contribuent.