Intercéréales

« Une meilleure connaissance des flux de céréales grâce à Coesio »

« L’objectif est d’avoir un outil disponible en démonstration pour la Seine à l’automne prochain, période de forte activité dans les transports de céréales », explique Samuel Carpentier. Photo : Jacob

Intercéréales a mis en place le programme Coesio (pour : Construire et organiser ensemble un schéma interfilière optimisé) afin de recenser les flux de céréales pouvant être mutualisés entre plusieurs opérateurs, et surtout éviter les retours à vide des trains ou des barges.

Les acteurs agricoles s’investissent

Ligne fret Les Aubrais - Orgères-en-Beauce. Photo : SNCF Réseau

De simples utilisatrices du fret ferroviaire, certaines coopératives en deviennent des acteurs à part entière en s’engageant, y compris financièrement, dans la rénovation des petites lignes qui desservent leurs installations.

« Une possible hausse des coûts de collecte et de stockage »

L’étude a passé au crible les coûts de collecte, de stockage et du traitement des grains chez les OS et évalué le potentiel quant à de possibles économies sur la chaîne logistique. Photo : M. Lecourtier/Média&agriculture

Pour le compte de FranceAgriMer et d’Intercéréales, les cabinets Ceresco et Systra ont réalisé une étude d’évaluation des coûts de la chaîne logistique de la filière céréalière française. Celle-ci réserve un chapitre au stockage chez l’organisme stockeur et à son potentiel quant à de possibles économies sur la chaîne logistique. Selon les auteurs de l’étude, il y a peut-être plus de facteurs de hausse de coût en perspective que de leviers de réduction à mobiliser.