Engrais

L’exonération de droits de douane est en préparation

L’idée de la Commission européenne est d’alléger les coûts pour les producteurs d’engrais de l’UE et donc réduire les coûts pour les agriculteurs de l’UE. Photo : S.Bot/Média et Agriculture

Une proposition de la Commission a été déposée concernant l’exonération de droits de douane le 19 juillet dernier, afin de soulager les producteurs d’engrais de l’Union européenne. Le Conseil de l’UE devrait l’adopter d’ici fin septembre.

Une nouvelle station de mélange d’aliments dans le Nord

La moitié du bâtiment de Nieurlet, appartenant à Vaesken, est dédiée à la collecte, un quart est dédié au stockage d’engrais, laissant ainsi 2000 m2 pour l’activité aliment. Photo : Vaesken

Ce 17 juin, le négoce Vaesken a invité l’ensemble de ses clients éleveurs pour l’inauguration de sa nouvelle station de mélange d’aliments. 100 éleveurs ont répondu présents. Après 4 mois de travaux, le site de Nieurlet (59) a pu ouvrir ses portes le 6 juin dernier à l’activité aliment.

« L’engrais, difficulté centrale pour 2022-2023 »

Antoine Hacard, président de la section Métiers du grain à LCA: "Avec les prix en hausse de plus de 50 % sur les récoltes à venir, les coop vont avoir des besoins accrus en fonds de roulement." Photo : LCA

Président de la coopérative Cérèsia et de la section Métiers du grain de La Coopération agricole, Antoine Hacard prédit un lancement de campagne d’automne 2022 tendu, avec des hausses de prix d’engrais et des disponibilités encore incertaines. Face à l’enjeu, diverses mesures sont attendues des pouvoirs publics.

Effectuer des positions précoces en engrais

Avec la conjoncture, les agriculteurs vont s’interroger sur comment optimiser leurs apports d’engrais à l’automne. Photo : Photoagriculture/Adobe Stock

Dans une période de hausse des prix, de guerre et de pénuries, l’Unifa invite les coopératives et les négoces à anticiper leurs commandes d’engrais pour l’automne afin d’assurer l’approvisionnement des agriculteurs français.

Le Gouvernement annonce une série de mesures pour soutenir l’agriculture

Le Gouvernement annonce une série de mesures pour soutenir l’agriculture. Photo : DR

Le 16 mars, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé une série de mesures dans le cadre du plan de résilience. Elles concernent l’ensemble des secteurs économiques touchés par les conséquences du conflit Ukraine-Russie. Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a détaillé les mesures qui s’adressent au monde agricole. 

Une flambée des prix inévitable et durable

La hausse du prix du gaz naturel et la rétention dans les approvisionnements  en provenance créent une flambée du prix de l’énergie et des engrais. Photo : mat - stock.adobe.com

Depuis le début de l’année, les prix des engrais azotés classiques, ammonitrate, solution azotée et urée, n’ont cessé de progresser. Désormais, il est possible de parler de flambée des prix, qui battent tous les records. L’ensemble des fondamentaux haussiers sont réunis, la pénurie est à craindre. Le point avec Isaure Perrot, analyste et consultante pour Agritel.

Le challenge sera d’approvisionner les agriculteurs en engrais

« Au niveau national, seulement 60 à 70 % des volumes d’ammonitrate sont couverts, contre 40 à 50 % en azote, indique Olivier Bidaut. Alors qu’habituellement, à la même période, nous sommes à 60 à 70 %, c’est notamment du réappro que nous avons besoin. »

Prix des engrais qui flambe, indisponibilité de produits phyto, pénurie de chauffeurs routiers, autant de points qui viennent chambouler le lancement de campagne de printemps. L’une des difficultés sera d’approvisionner les agriculteurs en engrais azotés et P-K avec des quantités qui répondent à leurs besoins.