e-commerce

L’irremplaçable conseil du technicien

Le conseil sur un site de vente en ligne ne remplacera jamais le conseil de terrain. ©N.Chemineau/Pixel Image

La vente en ligne d’intrants agricoles intrigue certains acteurs et fait peur à d’autres. Il s’agit d’un nouveau canal de distribution qu’il va être difficile d’ignorer ! Un canal qui s’avère être beaucoup plus complémentaire que concurrent du canal historique.

La bataille du digital est lancée

Peut-on imaginer que plusieurs coopératives se regroupent pour proposer un site commun ? Pourquoi pas, mais dans le contexte actuel, les priorités de la distribution se portent sur son fonctionnement interne. ©Baramee/Fotolia

Le marché de l'e-commerce s’élèverait entre 2,5 et 3 milliards d’euros d’ici 5 ans. Quelle est la place des distributeurs sur ce créneau ? Certains se lancent. Mais les gros changements devraient arriver d’ici le printemps 2018. La séparation de la vente et du conseil pourrait certainement contribuer au développement de l'e-commerce.

Phyto : 65% des agriculteurs défavorables au e-commerce

Parmi les freins des agriculteurs au e-commerce, on retrouve le fait que les sites Internet ne font pas crédit, et que certains ne font pas confiance au paiement en ligne. ©Studio M./Fotolia

Les sites d’e-commerce seraient-ils les nouveaux distributeurs d’intrants ? Pour le moment, presque deux tiers des agriculteurs se disent défavorables à l’achat de semences et de produits phytopharmaceutiques sur Internet. Une tendance qui pourrait évoluer avec l’arrivée de la nouvelle génération d’agriculteurs.

Lancement d’un site e-business en octobre

Ternoveo s’est organisé en mode start-up via une cellule virtuelle composée de 4 personnes : Léa Boisleux, Delphine Probin, Xavier Harlé et François Leveque. © S.Bot/Pixel Image

Ternoclic, le site e-business de Ternoveo, sera ouvert fin octobre. Tout agriculteur situé au Nord de Paris pourra commander via ce site. L’objectif de ce négoce est d’accompagner les agriculteurs dans la valorisation de leurs productions.

En test, la plateforme Ouifield sera lancée à la rentrée

Emmanuel Delcourt, directeur de Ouifield, première plateforme digitale d’offres de biens et services proposée par les coopératives agricoles à destination de leurs adhérents. Photo Ouifield

Ouifield est la première plateforme digitale d’offres de biens et services proposée par les coopératives agricoles à destination de leurs adhérents. Elle est actuellement en test dans sept coopératives. Le lancement effectif est prévu pour la rentrée 2017.

Quelle est votre stratégie pour les intrants ?

« Le e-commerce est un segment de distribution que nous n’ignorons pas, même s’il ne représente que très peu de volume à ce jour », confie Jean-Olivier Lhuissier, directeur des activités agricoles chez Vivescia. Photo : Cybrain-Fotolia

Dans quelques années, le métier de distributeur de phyto ne sera plus le même, conséquence du développement des sites e-commerce tels qu’Agriconomie, Agrifournitures et Agrileader qui bouleversent la commercialisation des intrants. C’est pourquoi certains distributeurs réfléchissent à ce nouveau mode de commercialisation.

Le train de l’e-commerce pourrait partir sans vous

Laurent Martel, directeur d’InVivo Agriculture, et Jean-Guy Valette, directeur du Négoce agricole Centre-Atlantique. Photos : O. Lévêque/Pixel Image et Naca

Réunions d’échanges, embauche d’un directeur e-commerce, partenariats avec les sites de vente en ligne… Le digital colonise la distribution agricole. Les coopératives et négoces sont en pleine réflexion, et certains ont déjà misé sur cette évolution qui pourrait « chambouler le modèle » !