diversification

Première vendange pour le vignoble innovant

Ce vignoble innovant est le fruit d’une aventure collective entre le négociant Boisset, la coopérative Bourgogne du Sud et neuf agri-viticulteurs du Val de Saône. CP : E. Thomas/Pixel6TM

2020 aura été une année marquante, avec une première vendange pour les neuf agri-viticulteurs de la coopérative Bourgogne du Sud qui se sont engagés dans un partenariat avec le négociant Boisset pour la mise en place d’un vignoble « innovant ». Implanté en zone céréalière, il vise à la production de vin de base pour les mousseux.

« Renforcer notre résilience par une stratégie de diversification »

« Chaque nouveau projet doit rapidement devenir autonome financièrement pour développer la résilience du groupe. Ces projets doivent également être en lien avec l’agriculture régionale », souligne Damien François. CP : S.Bot/Média et Agriculture.

Damien François vient d’être nommé directeur général du groupe Noriap. Son ambition est de mettre en place le nouveau projet d’entreprise, et de poursuivre la stratégie de diversification initiée par son prédécesseur, Martin Migonney. Le groupe entend mettre en place une stratégie partenariale, chaque fois que cela sera possible.

La coopérative poursuit sa stratégie de contractualisation et de diversification

Michel Duvernois, directeur de Bourgogne du Sud. CP : E.Thomas/Pixel6TM.

Bourgogne du Sud a tenu son assemblée générale le 7 décembre à Beaune (Bourgogne). La coopérative affiche un chiffre d’affaires de 201,9 millions d’euros (+ 22 %), et une collecte 2017 à 567 000 tonnes. Le résultat de cet exercice atteint 3,84 millions d’euros, dont 64% redistribués.

Diversifier à condition d’avoir les débouchés

De gauche à droite : Jérôme Caillé administrateur Terrena Poitou, Cyril Bigot conseiller agronomique, Philippe Villain, président Terrena Poitou, et Jean-Jack Guillot ayant reçu la journée technique sur son exploitation. Photo O.Lévêque/Pixel Image

En organisant son premier après-midi technique sur le désherbage mécanique, le 24 mai dans le Nord-Vienne (et le lendemain en Deux-Sèvres), la coopérative Terrena Poitou souhaite former ses adhérents à réduire leur recours aux intrants, par une gestion globale de l’enherbement.

Quand Terrena mise sur les légumes

Pour Didier Baley, directeur de Val Nantais depuis deux ans, cette fusion va permettre de développer les synergies entre les productions, de l’amont jusqu’à l’aval.

Effective depuis le 1er octobre, la fusion entre la coopérative maraîchère Val Nantais (55 millions d’euros de CA, 40 adhérents) et Terrena (4,5 milliards d’euros de CA, 22 000 adhérents) avait été annoncée dès le début d’année.