alimentation

Avoir une éducation à l’alimentation à l’école dès la maternelle

Les jeunes seront les consommateurs de demain. Il est important de consacrer du temps à l’école pour leur apprendre ce qui est bon et à cuisiner. Photo : S.Bot/Média et Agriculture

Donner une éducation à l’alimentation dès le plus jeune âge aux enfants à l’école, cela peut paraître une évidence, or ce n’est pas aujourd’hui le cas. Et pourtant les enfants sont conscients des enjeux de l’alimentation pour notre société. C’est ce qu’il ressort des témoignages d’une cinquante de jeunes, âgés de 6 à 13 ans, réalisés dans le cadre d'une démarche initiée par l’Open Agrifood. Lors du SIA, les jeunes et les moins jeunes ont échangé ensemble sur ce sujet. Pour Guillaume Gomez, ancien chef cuisinier de l’Élysée, l’éducation à l’alimentation permettra aux enfants d’être de meilleurs consommateurs.

C’est quoi bien manger ? Et demain, comment sera notre alimentation ? Comment l’école peut-elle aider les enfants à mieux se nourrir ? Autant de questions posées à une cinquante d’enfants de 6 à 13 ans dans le cadre d’une démarche portée par l’Open Agrifood. Le 28 février, lors du SIA, l’association a présenté leurs réponses et a organisé un débat citoyen sur l’école, peut-elle être une solution pour mieux manger ? en présence de Marc Fesneau, ministre de l'Agriculture et de la souveraineté alimentaire.

Avoir du temps pour cuisiner

Pour Noah, écolier à Orléans (45), « un vrai repas, c’est où il y a de la vie ». Ces jeunes sont bien conscients qu’une alimentation équilibrée est nécessaire au quotidien. Alix, collégienne à Colombes (92) reconnaît qu’il y a une grosse différence entre ce que l’on devrait faire et ce que l’on fait.

La notion de temps a été évoqué par plusieurs d’entre eux : avoir du temps pour faire à manger voire pour manger. Pour Timothé, écolier à Orléans (45), « bien manger, c’est facile quand on a du temps. On peut faire les courses et acheter de tout pour ensuite cuisiner. Quand on est pressé, on ne fait pas des repas très équilibrés. »

"Co-construire avec le consommateur"

Pascal Viné (délégué général de Coop de France), Gérard Rodange (président de Coop de France Auvergne Rhône-Alpes) et Jean de Balathier (directeur). Photo : I. Aubert/Pixel image

Vendre du lait à 99 centimes/litre après avoir demandé aux consommateurs combien ils étaient prêts à payer pour certaines conditions de production : c'est l'initiative qu'a racontée Nicolas Chabanne lors de l'assemblée générale de Coop de France Auvergne Rhône-Alpes, le 7 avril à St-Étienne (42).

2050 face à l’enjeu de la propriété intellectuelle

Pierre Pagesse, président du Gnis, est intervenu avec d'autres experts lors de la conférence internationale qui positionnait la semence comme une réponse aux défis alimentaires. Photos : I. Aubert et A. Lavoisier / Pixel Image

Du 1er au 15 octobre, le Gnis organisait une exposition « La semence, la solution » au pavillon France à l’Exposition universelle de Milan. Le dernier jour, elle organisait une conférence internationale qui positionnait la semence comme une réponse aux défis alimentaires.

L’Open agrifood 2015 invite les citoyens à table

Open agrifood

Xavier Beulin, président et Emmanuel Vasseneix, vice-président de l’Open agrifood Orléans ont présenté, ce lundi 8 juin, la seconde édition du Forum international qui se déroulera les 18 et 19 novembre 2015 à Orléans.

La coop parie sur la distribution alimentaire

Les Halles de l'Aveyron, créées par Unicor

Avec l’enseigne «Les Halles de l’Aveyron» et l’ouverture d’un premier point de vente en Île-de-France, la coopérative agricole Unicor souhaite démocratiser la consommation de produits fermiers de grande qualité dans les agglomérations, tout en générant du revenu dans les exploitations des paysans coopérateurs.