Sud céréales

La mauvaise collecte plombe le CA

Thierry Blanchard, président de Sud céréales, et Jacques Logie, directeur de Sud céréales et Arterris. Photo : M. Stoyanov / Pixel image
Thierry Blanchard, président de Sud céréales, et Jacques Logie, directeur de Sud céréales et Arterris. Photo : M. Stoyanov / Pixel image

Pour l’exercice 2014-2015, la coopérative Sud céréales réalise un chiffre d’affaires de 51 millions d’euros (M€), contre 62M€ en 2013-2014. Entre ces deux exercices, son résultat courant avant impôts passe de 2,5M€ à 213 kilo-euros (k€), son résultat net de 2,3M€ à 340k€. « Ce résultat rémunérera le capital social des adhérents », indique Jacques Logie, directeur de Sud céréales et Arterris. La dette financière augmente légèrement, à 0,6M€. Le maintien des capitaux propres, à environ 46M€, garantit des « relations saines et confortables avec les banquiers », poursuit Jacques Logie.

Le groupe Sud céréales affiche quant à lui un chiffre d’affaires consolidé de 83M€, contre 95M€ en 2013-2014. Il dégage un résultat courant avant impôts à nouveau positif, passant de -932k€ à 151k€. En revanche, le résultat net diminue légèrement, à 555k€, contre 658k€ l’année précédente. Le ratio CAF sur chiffre d’affaires (0,7%) est en légère progression par rapport aux exercices précédents. Les dettes financières du groupe tombent à 9M€, contre 10M€ précédemment. Les capitaux propres sont stables, autour de 46M€.

La collecte sur le territoire de Sud céréales s’élève à 140000 tonnes, dont trois quarts de blé dur et de riz. Notons que la collecte a baissé de presque 33% par rapport à la campagne précédente. En effet, une sécheresse exceptionnelle a provoqué l’effondrement des rendements en blé dur (-59%) et plus généralement des cultures d’hiver. De plus, et malgré des rendements globalement satisfaisants, la collecte en riz a chuté de 25%, en raison d’une baisse de surface de 4000 à 6000 hectares en un an, selon la coopérative.

Concernant les oléoprotéagineux, la filière locale du tournesol, presque intégralement oléique, est « plutôt en bonne santé ». Quant au pois chiche, une baisse volontaire de 20% des surfaces couplée à un mauvais rendement ont réduit la collecte de moitié. Toutefois, la coopérative considère que cette filière locale a « de réelles perspectives d’avenir ».

Les surfaces de multiplication pour les pois chiches et les céréales à paille ont d’ailleurs légèrement progressé, passant de 3991 à 4171 hectares, notamment grâce au développement du pois chiche, de l’orge et du blé tendre. Les ventes de fourragères progressent de 11%. En revanche, la vente des semences de riz connaît un repli dans la région, passant sous la barre des 1000 tonnes. Par ailleurs, le programme de Durance hybrides continue sa croissance, avec une augmentation des surfaces de 2%. La légère baisse des surfaces de tournesol est en effet contrebalancée par une hausse des surfaces en maïs, qui dépassent les 1000 hectares.

Enfin, les rendements en semences de sorgho ont permis de reconstituer les stocks de semences disponibles à la vente. 

Sur cet exercice, le groupe a lancé une nouvelle activité, la distribution de toutes les agrofournitures, qui affiche un chiffre d’affaires de 6,5M€. Les phyto représentent 25% de cette activité.

Autre annonce de cette assemblée générale du 9 décembre : le non-renouvellement volontaire du mandat de Thierry Blanchard, président délégué de Sud céréales. « C’est un non-événement », dit-il avec le sourire. S’en allant en « toute quiétude », le président a « participé à l’écriture du projet d’entreprise ». Aucun remplaçant pressenti n’a été annoncé durant cette assemblée.

Rappelons qu’en 2012, le groupe Sud céréales s’est rapproché du groupe Arterris via un apport partiel d’actif portant sur la branche d’activité « stockage et commercialisation de toutes céréales et de semences autogames ».