Produits phytosanitaires

44 % des substances actives vendues sont des herbicides

44 % des substances actives vendues sont des herbicides. Photo : ValentinValkov/Adobe Stock
44 % des substances actives vendues sont des herbicides. Photo : ValentinValkov/Adobe Stock

Le ministère de la Transition écologique vient de dévoiler l’état des lieux des ventes et des achats de produits phytopharmaceutiques en France, en 2020. 

Si les ventes de produits phyto restent à des niveaux élevés au cours de la décennie 2010, les ventes de substances actives qui n’entrent pas dans les usages de l’agriculture biologique ou dans le cadre du biocontrôle ont, quant à elles, diminué. 

« Au cours de la décennie 2010 (entre 2009-2011 et 2018- 2020), la quantité totale de substances actives vendues en France a augmenté de 9 % alors que la surface agricole utilisée (SAU) restait stable (- 0,8 %) », indique le ministère. 

Les ventes fluctuent notamment en fonction des événements climatiques. Ainsi, on observe que les ventes de substances actives ont connu une forte hausse en 2018. Elles se sont établies à hauteur de 85 000 tonnes, soit une hausse de + 20 % par rapport à l’année 2017 avant de diminuer de 55 000 tonnes en 2019.

En 2020, les ventes de substances actives étaient d’un peu moins de 66 000 tonnes, réparties de la façon suivante : 43 913 tonnes pour les substances actives hors usages en agriculture bio et hors produits de biocontrôle et 21 956 tonnes pour les substances actives utilisables en produits de bicontrôles et/ou utilisables en agriculture biologique. Ce niveau se situe légèrement en dessous du niveau moyen depuis 2015. 

- 10 % de ventes pour les substances actives non acceptées en bio et en biocontrôle

Les ventes de substances actives qui n’entrent pas dans les usages de l’agriculture biologique ou dans le cadre du biocontrôle diminuent entre 2009 et 2020. 

« Une analyse lissée en moyenne triennale montre une baisse des quantités vendues de près de 10 % entre 2009-2011 et 2018-2020, la valeur triennale 2018-2020 étant la plus basse de la série avec 47 000 t », chiffre le ministère.

En revanche, entre ces deux mêmes périodes, les volumes de substances actives, utilisables en agriculture biologique et/ou en produits de biocontrôle, ont presque doublé en passant de moins de 11 000 t à plus de 21 000 t. 

Presque la moitié des substances actives vendues sont des herbicides

Concernant la répartition de ces substances actives, en 2020, les herbicides représentent 44 % des volumes vendus. Les fongicides et bactéricides regroupent 40 % des ventes, les insecticides et acaricides 9 %, et les 7 % restants englobent les autres produits comme les régulateurs de croissance.

« Entre 2009-2011 et 2018-2020, les quantités de fongicides vendues ont augmenté de 21 %, celles d’herbicides de 6 % et celles d’insecticides de 105 %, tandis que les ventes des autres produits ont diminué de 45 % », explique le ministère. 

Par ailleurs, le glyphosate, sur la période 2018-2019, représente 12 % du total des ventes, avec 24 400 tonnes vendues. 

« Sur la période 2009-2020, il est également l’herbicide le plus vendu au niveau national parmi les 120 substances actives à usage herbicide, avec une part relativement stable, autour de 28 % », précise le ministère. 

Une forte consommation d'herbicide dans le grand Nord 

La consommation de tous les herbicides confondus est la plus forte au nord de la France. Le Grand Est, la Nouvelle-Aquitaine, les Hauts-de-France et le Centre-Val de Loire sont les régions les plus consommatrices d’herbicides. 

À l’échelle des départements, « avec plus de 1 000 t en moyenne triennale 2018-2020, l’Eure-et-Loir a les achats de produits herbicides les plus élevés, devant la Somme (976 t), la Marne (924 t), l’Oise (905 t) et l’Aisne (823 t) », précise le ministère. 

Des chiffres qui reflètent les cultures mises en place dans ces départements car l’Oise, l’Aisne, la Marne et la Somme sont les quatre plus gros départements producteurs de betteraves, une des cultures ou le nombre de traitements est le plus élevé.