Port de Rouen

7,7 Mt de céréales exportées pour 2021-2022

7,7 Mt de céréales ont été exportées depuis Rouen, ce qui correspond à la moyenne décennale du port de Rouen (7,1 Mt) et représente sa 3e meilleure performance enregistrée sur les dix dernières campagnes. Photo : Photoagriculture
7,7 Mt de céréales ont été exportées depuis Rouen, ce qui correspond à la moyenne décennale du port de Rouen (7,1 Mt) et représente sa 3e meilleure performance enregistrée sur les dix dernières campagnes. Photo : Photoagriculture

Haropa Port Rouen et les opérateurs céréaliers rouennais (Groupe BZ, Simarex, Sénalia, Soufflet-Socomac) ont réalisé une « bonne campagne 2021-2022 » avec 7,7 Mt de céréales exportées entre le 1er juillet 2021 et le 30 juin 2022, soit une progression de + 17,8 % au regard de la précédente campagne qui avait totalisé 6,5 Mt. Le tonnage final se situe au-dessus de la moyenne décennale du port de Rouen (7,1 Mt) et représente sa 3e meilleure performance enregistrée sur les dix dernières campagnes. La part de marché de Haropa Port/Rouen pour les exportations maritimes françaises s’élève à 50% pour le blé tendre et 60% sur les orges.

Dans le détail, le chiffre final représente 5,3 Mt de blé tendre et 2,3 Mt d’orge, dont 746 000 t d’orge de brasserie, le meilleur tonnage jamais réalisé par le port de Rouen sur ce produit. La très bonne tenue des sorties d’orges est due à une forte demande chinoise mais aussi européenne.

Avec 2,6 Mt de blé et d’orge, la Chine se place comme la première destination des productions agricoles exportées depuis Rouen. Ce tonnage représente un nouveau record sur cette destination pour Haropa Port. Les orges brassicoles et fourragères expédiées vers la Chine totalisent 1,34 Mt, soit 58% des exportations rouennaises d’orges. Le blé tendre représente un total de 1,28 Mt.

Le Maroc est la deuxième destination avec 1,6 Mt de blé et d’orge. La troisième place des exportations revient à l’Algérie avec 1,4 Mt et des chargements effectués en début et en fin de campagne. Vient ensuite l’Europe avec 912 000 t, avec 40% sur l’Espagne. Les flux vers l’Afrique de l’Ouest sont en retrait à 400 000 t, contre presque un million de tonnes expédiées l’an dernier. La qualité moindre du blé français, en raison des pluies de l’été dernier, explique ce recul significatif. Parmi les destinations peu habituelles cette année figurent les États-Unis, le Mexique, la Colombie, les Philippines et le Canada. Enfin, l’Égypte s’est tournée vers la France en fin de campagne, en raison notamment des problèmes d’approvisionnement en mer Noire. Même situation pour la Tunisie qui a dû réorienter quelques achats vers la France. Plusieurs navires ont été chargés vers ces destinations en mai et juin.