Politique environnementale allemande

La production de blé et les flux export pourraient être impactés

Photo : Rhönbergfoto/Adobe Stock
Photo : Rhönbergfoto/Adobe Stock

Traditionnellement, France Export Céréales réunit au mois de mars les professionnels des marchés des matières premières pour une journée d’information. En raison de l’actualité, l’édition 2020 a été annulée, cependant France Export Céréales a décidé de partager le contenu des différentes interventions. Dans un article rédigé par nos collègues du magazine Cultivar, vous pourrez appréhender les tendances chez les différents exportateurs concurrents de la France extraits de la présentation de Pierre Duclos de Agritrade Consulting.

Intéressons-nous à la production du nord de l’Europe, Allemagne et pays des Balkans. La grande interrogation concernant l’Allemagne est la politique environnementale adoptée par les pouvoirs publics. Pour rappel, depuis plusieurs années, la Commission européenne alerte l’Allemagne sur le niveau trop élevé de nitrates dans les eaux souterraines (qui représentent 70 % de la consommation d’eau potable). De fait, comme l’explique Pierre Duclos, le niveau d’azote excédentaire autorisé passe de 60 à 50 kg/ha (bilan post-récolte), voire à 40 kg/ha s’il y a un dépassement de nitrates dans les nappes. Or, ce risque de dépassement, comme le précise l’expert, est plus important pour les variétés très protéinées que pour les variétés productives.

Cette issue devrait priver l’Allemagne de certains débouchés notamment ceux du nord de l’Europe (Belgique, Hollande et Royaume-Uni) sur les segments 12,5/13 à 14 % de protéines, sans doute au profit de la Russie, du Kazakhstan, du Canada et de l’Australie, constate Pierre Duclos. En revanche, l’Allemagne pourrait renforcer sa présence sur l’export pays tiers sur des segments de 11 à 11,5 % de protéines, en compétition donc avec la France, les pays des Balkans et l’Ukraine.

À propos des Balkans justement, la production de blé progresse très vite chez les trois pays, Lettonie, Lituanie et Estonie. En dix ans, la production est passée de 2,5 millions de tonnes à 7,1 environ pour la campagne 2019-2020. Les rendements moyens se situent autour des 45 q/ha pour la dernière campagne. Fort de cette augmentation de la production, ces pays ont aussi renforcé leur présence à l’export. Les volumes exportés ont doublé en l’espace de six campagnes, passant de 2,6 millions de tonnes de blé en 2013-2014 à 5 millions de tonnes pour la campagne 2019-2020, ce qui constitue un record. Les principales destinations du blé originaire des Balkans sont la Turquie, l’Arabie Saoudite, l’Afrique de l’Est et l’Afrique du Sud et, cette année, la Chine.