Plan de résilience

Le Gouvernement annonce une série de mesures pour soutenir l’agriculture

Le Gouvernement annonce une série de mesures pour soutenir l’agriculture. Photo : DR
Le Gouvernement annonce une série de mesures pour soutenir l’agriculture. Photo : DR

Le 16 mars, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé une série de mesures dans le cadre du plan de résilience. Elles concernent l’ensemble des secteurs économiques touchés par les conséquences du conflit Ukraine-Russie. Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a détaillé les mesures qui s’adressent au monde agricole. 

Dans le cadre du plan de résilience, quatre mesures ont été dévoilées pour soutenir l'agriculture. La première concerne l’envolée des prix des carburants. Une remise de 15 centimes sur les carburants y compris le GNR sera appliqué dès le 1er avril. Le Gouvernement a également décidé d’anticiper le remboursement de la TICPE de 2021 et, sur demande, de proposer un acompte de 25 % pour la TICPE de 2022. 

Le Gouvernement a également annoncé que, dès aujourd’hui, les exploitations agricoles et les entreprises agroalimentaires seraient éligibles à l’aide aux entreprises consommatrices de gaz et d’électricité. 

Une aide de 400 M€ sera mise en place pour les éleveurs afin de pallier la hausse des coûts des aliments. Par ailleurs, une enveloppe supplémentaire de 60 M€ sera allouée pour la prise en charge des cotisations sociales dès cette année. 

Nouvelles négociations commerciales

En dehors du plan de résilience, le ministre de l’Agriculture a également présenté quatre autres mesures qui concernent les négociations commerciales, les engrais, les protéines végétales et la souveraineté alimentaire.

« Nous devons assurer notre rôle nourricier, a indiqué Julien Denormandie. Pour cela, nous allons prendre quatre mesures. Premièrement, entamer de nouvelles négociations commerciales pour sécuriser nos producteurs et entreprises agroalimentaires. »

Face à la hausse des charges, de nouvelles négociations commerciales vont débuter afin d’adapter les contrats. Dès demain, l’ensemble des acteurs de la chaîne agroalimentaire seront réunis par les ministères de l’Économie, des Finances et de la Relance et par celui de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Sécuriser la campagne d'automne d'engrais

Autre mesure, le Gouvernement souhaite mettre au point un « plan de sécurisation des engrais », notamment pour la campagne d’automne 2022. Ce plan s’articule en trois points : 

  • la mise en place d’un groupe de travail de sécurisation des matières premières importées, et de la production d’engrais sur notre sol ;

  • l’adaptation ou le report de mesures réglementaires pouvant impacter la disponibilité des engrais en 2022 ;

  • le développement de l’usage des engrais organiques.

Plusieurs plans de souveraineté

Le ministre de l’Agriculture a également évoqué le renforcement du plan protéines végétales dans le cadre de France 2030. Enfin, il est revenu sur l’importance de la souveraineté alimentaire. 

« Il nous faut sortir plus rapidement de nos dépendances. De manière structurelle, la France a déjà fait de la souveraineté agricole et agroalimentaire une priorité politique depuis cinq ans », a affirmé Julien Denormandie. 

Afin de continuer dans cette voie, un plan de souveraineté énergétique agricole et alimentaire ainsi qu’un plan de souveraineté dédié aux fruits et légumes vont être mis en place.

Suite à cette allocution, Dominique Chargé, président de La Coopération agricole, salue « la volonté de rouvrir les négociations commerciales que nous avons appelées de nos vœux compte tenu de l’inflation subie par les entreprises […] Dans les prochaines semaines, nous veillerons bien sûr aux modalités de mise en œuvre de ces mesures, en coordination avec le Gouvernement ».