Modulation intra-parcellaire

Be Api : atteindre 300 000 ha en 2023

Deux nouvelles structures ont rejoint le réseau be Api : la Coopérative de Creully et le groupe Soufflet Agriculture. Photo : be Api
Deux nouvelles structures ont rejoint le réseau be Api : la Coopérative de Creully et le groupe Soufflet Agriculture. Photo : be Api

Be Api va redéfinir un nouveau projet stratégique à cinq ans afin de faire de l’agroécologie de précision un outil clé de la transition agroécologique. Be Api espère l’arrivée de nouveaux actionnaires autres que la distribution agricole.

Depuis cinq ans, les solutions de be Api sont désormais développées par 27 distributeurs partenaires, dont 25 ont su convaincre quelque 1 500 agriculteurs de l’intérêt de diagnostiquer, numériser, interpréter et cartographier leur SAU en terres arables. Rappelons que deux nouvelles structures ont rejoint le réseau be Api : la Coopérative de Creully et le groupe Soufflet Agriculture. Ainsi, plus de 235 000 ha ont été diagnostiqués au titre de la fertilité et/ou du potentiel des sols.

« En constante augmentation depuis cinq ans, cette surface devrait atteindre près de 300 000 ha en 2023, le portefeuille de commandes de diagnostics fertilité, potentiel et rendement s’établissant pour cette campagne à un niveau record de plus de 55 000 ha, que nous entendons bien dépasser la prochaine campagne et les suivantes », indique Laurent Maillard, responsable réseau de be Api lors de la conférence de presse du 24 octobre.

Be Api va définir un nouveau projet stratégique.

« Compte tenu des enseignements et évolutions, be Api a proposé à son conseil de direction de redéfinir un nouveau projet stratégique à cinq ans visant à faire de l’agroécologie de précision un outil clé de la transition agroécologique, dans la droite ligne de la #3VA développée par Bioline by InVivo et de la troisième révolution agricole prônée par InVivo, explique Thierry Darbin, directeur de be Api. Ce nouveau projet, qui reste encore à écrire, verra je l’espère l’arrivée de nouveaux actionnaires autres que la distribution agricole, tant les filières agroalimentaires, les banques, les agro-équipementiers ou les assureurs semblent vouloir soutenir et investir dans des démarches agroécologiques efficaces et rentables, comme be Api a prouvé l’être en cinq ans. »

Des nouveautés en lien avec le climat

Trois nouveautés climat sont à la gamme de be Api. Api azote sol plante blé couple carte de sol et carte de biomasse, donnant ainsi la possibilité d’ajuster en saison la dose d’azote pour la modulation de l’apport fin de cycle.

La plateforme monbeapi.coop sur laquelle les agriculteurs retrouvent l’ensemble de leurs diagnostics et conseils s’enrichit de deux nouvelles cartographies de la variabilité intra-parcellaire : l’une concerne la teneur des sols en matières organiques (et donc en carbone) et l’autre mesure l’azote potentiellement minéralisable (APM). Le premier enrichit le portefeuille de prestations de conseil avec la solution de conseil be Api Fertilité MO pour la modulation des apports organiques en PK.

« Cette nouvelle couche d’informations préfigure un futur outil de gestion du carbone avec des analyses de terre précisément localisées et permettant de comparer un état initial de teneurs en MO avec un état final », précise be Api.

La carte d’APM vient quant à elle compléter un conseil be Api azote et azote SP (sol plante). Elle précise un état des sols pour ajuster encore plus précisément la dose d’azote à l’état nutritionnel de la plante.

En pré-lancement commercial en 2021-2022, be Api CarboN est une solution de gestion des intercultures. À partir de mesures de la biomasse produite par une interculture et la cartographie de sa variabilité intraparcellaire, ce diagnostic évalue et spatialise la quantité de carbone qui sera stockée par le sol suite à son retournement, ainsi que la quantité d’azote qui sera libérée et disponible pour la culture suivante.