Flux hydriques

L’eau pourrait-elle s’évaporer ?

Dans le cadre du projet Bagages, une parcelle dans le Gers  affiche un niveau de réserve utile 5 à 8 % supérieur à son voisin,  ce qui ne représente que 5 à 8 mm supplémentaires de réserve utile… Photo : Arvalis-Institut du végétal

La tendance est aux stress hydriques plus fréquents et d’intensité plus forte. Il est donc urgent d’imaginer des systèmes de production nécessitant moins d’eau, que ce soit en sec ou en irrigué. Après la performance, place à la résilience.

Vous devez être un abonné prémium pour pouvoir lire la suite

Déjà abonné, identifiez-vous

Pas encore abonné ? Abonnez-vous