Emploi

Recrutement : le CV inversé renverse la table

Sylvain Zaffaroni, cofondateur de Pour nourrir demain :  « Comme pour tout CV, les entreprises ont dû faire des choix pour ne pas mettre trop de choses. » Photo : Adobe Stock

Pour casser les codes du recrutement, des marques adhérentes de l’association Pour nourrir demain ont décidé de publier leur CV. Elles sont aujourd’hui 54, pour des dizaines de milliers de vues. Une démarche de communication qui a pour ambition d’attirer plus de talents que les processus conventionnels. L’initiative est un succès : les candidatures affluent et les compétences aussi.

Changer la donne en inversant la démarche. C’était l’objectif de l’association Pour nourrir demain lorsqu’elle a lancé le projet de CV inversé. Le principe : au lieu de publier des offres d’emploi pour recevoir les CV de candidats à un poste, l’entreprise rédige et publie son propre CV. Les candidats potentiels peuvent ensuite envoyer une candidature, soit directement à l’entreprise, soit par l’intermédiaire du site de l’association.

« La démarche séduit, parce que c’est sympa d’avoir des dates et une histoire, explique Sylvain Zaffaroni, cofondateur de Pour nourrir demain. Le CV inversé montre qui est la marque, quels intérêts elle présente et cherche à motiver les futurs collaborateurs. »

Répondre à la pénurie de main-d’œuvre

Lancée fin janvier 2023, l’opération est un succès. 54 marques ont déjà rédigé leur CV, pour un coût qui va de 1 000 à 3 000 euros hors taxe, en fonction de leur chiffre d’affaires. Chacun d’eux a déjà été vu plusieurs dizaines de milliers de fois. Arterris, Eureden Long Life, Savéol et Candia ont par exemple déjà publié le leur et d’autres entreprises en préparent actuellement.

Vous devez être un abonné prémium pour pouvoir lire la suite

Déjà abonné, identifiez-vous

Pas encore abonné ? Abonnez-vous