Biotop et De Sangosse

Ces trichogrammes tombés du ciel

Avec une autonomie en énergie et en capsules d’environ 10 hectares, la capacité d’épandage journalière du drone est de l’ordre de 100 à 200 hectares. Photo : Biotop

Alternative à la pose manuelle dans les parcelles, l’épandage aérien de trichogrammes se développe en France. Après l’hélicoptère, deux nouvelles options s’offrent dorénavant à l’agriculteur : l’épandage par ULM et par drone.

Vous devez être un abonné prémium pour pouvoir lire la suite

Déjà abonné, identifiez-vous

Pas encore abonné ? Abonnez-vous