Actura

1er bilan de campagne : l’essentiel est préservé

Actura tenait sa première assemblée générale ce 25 mars. Photo : Actura
Actura tenait sa première assemblée générale ce 25 mars. Photo : Actura

Six mois après son lancement, Actura a tenu sa première assemblée générale, sous la présidence de Frédéric Carré, ce 25 mars à Blois. 90% des entreprises du réseau étaient représentées pour cette première AG.

Actura a confirmé un chiffre d’affaires pro forma de 412 millions d’euros (M€), et 381M€ sur ce premier exercice du fait que l’intégralité de la campagne d’automne n’ait pas été réalisée dans le périmètre Actura. Cet exercice traduit également une évolution de la structure financière du groupe à fin mars. Actura détient désormais 100% du capital d’Holdis, avec un chiffre d’affaires consolidé pro forma de 530M€ pour 2015-2016, réalisé à 75% par Actura et 25% par Holdis et ses filiales.

« Les fondamentaux du groupe sont solides, avec des capitaux propres à hauteur de 20 millions d’euros et une capacité d’engagement financier de 90 millions d’euros », indique Frédéric Carré.

« Le réseau le plus structuré du marché »

« Aujourd’hui, nous sommes le réseau le plus structuré du marché, estime Frédéric Carré. Renforcer notre présence et notre couverture géographique, développer nos parts de marché avec la mise en place d’un nouveau modèle opérationnel, sont des éléments essentiels de notre stratégie pour assurer la pérennité de nos entreprises. »

La structure d’animation d’Actura, qui s’appuie sur les responsables de bassin, des services au réseau et une supply chain centralisée, a été déployée.

La mise en œuvre du contrat métier a été effective au 1er janvier pour reconnaître les actions qualitatives menées par les adhérents du réseau.

« Malgré un contexte particulièrement difficile dans les zones d’élevage et les zones céréalières sur cette campagne, nous considérons avoir préservé l’essentiel, c’est-à-dire maintenir la compétitivité des entreprises du réseau sur les domaines gérés par Actura », indique Jean-Baptiste Barbazanges, directeur du réseau.

« En route vers 2021 »

« Nous avons démarré avec un environnement de marché plutôt dégradé, avec une agriculture française qui est confrontée à des problèmes conjoncturels, mais aussi structuraux pour un certain nombre de filières, a précisé Éric Barbedette, directeur général. Nous pouvons d’ores et déjà anticiper des évolutions majeures dans l’environnement de la production agricole et dans les filières agro-industrielles. Cela doit nous amener à réfléchir au positionnement de notre modèle, de nos entreprises, et d’anticiper les mutations et les évolutions de demain ».

Trois mois après le démarrage du réseau Actura, un exercice de réflexion stratégique a été lancé par le conseil d’administration. Cette réflexion doit amener à la construction d’un plan stratégique pour les cinq prochaines années. Soumis à la validation du conseil d’administration, ce plan stratégique « En route vers 2021 » sera engagé dès le troisième trimestre de cette année.